Le trio gagnant pour prendre son envol

Le trio gagnant pour prendre son envol

Pour s’élever, prendre sa vie en main et atteindre les rêves que nous visons, je retrouve un trio gagnant. Trois actions pour prendre son envol.

Cet article participe à l’événement « Vos 3 meilleurs conseils pour prendre son envol » du blog Corinne Coulange. Un blog très complet notamment sur le développement personnel. Si vous ne le connaissez pas déjà, allez lire quelques articles dessus, je vous conseille celui-ci : 5 actions pour ouvrir son esprit. L’ouverture d’esprit reste indispensable pour s’épanouir, et encore plus pour trouver ce que l’on veut vraiment faire de sa vie, le pourquoi de notre passage ici, qui est justement le premier élément de notre trio gagnant pour prendre son envol.

1) Décider de ce que l’on veut faire

Des chaussures devant plusieurs flèches dans des directions différentes

Trouver sa voix, son but, sa passion est bien la chose numéro une pour réussir à déplacer des montagnes. Quand on sait ce que l’on souhaite faire de sa vie, on ressent une certaine détente, comme si on avait déjà réussi à atteindre un premier palier.

Bien sûr, je parle de trouver ce que l’on désire vraiment faire, quelque chose qui a du sens pour nous, qui nous offre cette énergie presque magique. Pas ce que nous voulons faire pour gagner de l’argent, acheter du matériel, plaire aux autres, recevoir un peu d’amour ; ni pour rendre fier autrui (nos parents ou notre chef) ou pour prouver que l’on a réussi, qu’on est meilleur qu’un autre.

Plus facile à écrire qu’à faire, c’est vrai, et malheureusement, trop de personnes restent dans l’inaction parce qu’elles ne connaissent pas ce qu’elles veulent faire.

Pour trouver, en plus d’essayer des choses, de faire preuve d’une ouverture d’esprit – comme vu dans l’article de Corinne –, nous devons prendre une décision, et l’assumer.

Nombreux sont ceux qui ont déjà trouvé ce qu’ils veulent faire, mais ne le savent pas encore. Comment est-ce possible ? Parce qu’ils ne l’acceptent pas, ne l’assument pas.

Quand j’ai écrit mon premier livre, j’étais rempli d’enthousiasme et j’ai travaillé dur, très dur. Les difficultés rencontrées en chemin et le manque de sommeil ne m’ont pas empêché d’aller jusqu’au bout des choses. En fait, je crois me rappeler qu’il n’y avait que ça qui comptait vraiment pour moi pendant cette période : terminer et publier le meilleur ouvrage qui existe.

Le livre n’a pas obtenu le succès dont je rêvais. Logique. Et même s’il a pu aider de nombreuses personnes et qu’il continue de le faire, les résultats m’ont dissuadé d’engager une carrière d’auteur.

Je me suis dit que je pourrais écrire des livres plus tard, quand j’aurai plus de temps.

Néanmoins, l’envie d’écrire demeurait toujours bien présente. Alors j’ai continué à le faire pour mon blog Récupérer ses finances.

Mais il manquait quelque chose : cette finalité. Écrire un livre ne m’apporte pas seulement le bonheur d’écrire, c’est tout le processus qui me plaît ! De l’idée à la correction en passant par la création de la couverture et du synopsis, tout me passionne. Sans parler de cette finalité, de publier son ouvrage sur le Net et d’attendre de voir qui le lira (sacrée stratégie marketing n’est-ce pas ?).

J’avais découvert que je voulais écrire des livres depuis bien longtemps. Et même avant mon premier livre lorsque je prenais plaisir à rédiger les plus beaux mails possibles au boulot. Mais je n’avais jamais assumé le challenge.

Alors, j’ai commençais à douter, à me dire que peut-être ce n’était pas cette voix qui me plaisait réellement, etc., et les résultats de mon premier ouvrage n’ont fait qu’achever cette ambition timide.

Jusqu’à ce que je prenne la décision de me lancer dedans jusqu’au bout, de prendre la responsabilité de mes résultats et de faire tout ce qu’il faut pour y arriver.

J’ai retenu de cette leçon que la plupart des gens savent déjà ce qu’ils veulent vraiment faire, mais ne l’assume pas, et pour différentes raisons :

  • le manque de résultat,
  • la honte,
  • l’incertitude,
  • le fait de sortir du « normal ».

Pour en sortir, il faut se rendre responsable et assumer pleinement tout ce qui va se passer.

Que vous vouliez être acteur, rentier, musicien, youtubeur, chirurgien, professeur de ski, ou je ne sais quoi, acceptez-le peu importe si c’est honteux, si ça paiera moins qu’un emploi classique et si ce n’est pas le chemin qu’on attend de vous.

2) Se fixer des objectifs

Une athlète prêt à partir pour la course

Une fois que vous aurez décidé, vous devrez vous fixer des objectifs précis.

Un but bien défini, et encore une fois que vous avez choisi vous-même, est un excellent allié pour vous soutenir quand la démotivation pointera son nez, et elle pointera très rapidement son bon gros nez pointu.

Je parle bien de se fixer son propre objectif. Ne pensez qu’à vous quand vous faites cet exercice. Si vous voulez écrire un livre en un an, mais que tout le monde vous dit qu’il en faut cinq, que ça ne sert à rien, qu’il y a des milliers de livres qui sortent tous les jours ou que votre histoire est déjà prise, bouchez-vous les oreilles et fixez votre objectif.

Pareil si vous rêvez de vivre de nature et de légumes, à la Pierre Rabhi, mais que votre entourage aime le luxe, ne vous en privez pas et oubliez les qu’en-dira-t-on.

Un objectif, oui, mais précis !

Pour qu’un objectif soit efficace, il doit être précis et contenir une deadline.

Par exemple :

Ensuite, vous pouvez aller encore plus loin et préciser la somme d’argent que vous visez, le nombre de ventes, etc.

Par exemple :

  • Écrire et publier 6 livres en 2021 et en vendre 60 par mois, par livre.
  • Acheter 10 immeubles de rapport en 5 ans, soit 30 appartements qui génèrent un bénéfice net une fois tout payé de 100 € chacun, soit 3 000 € net pour mon parc locatif.

Pour enfin ajouter le pourquoi de cet objectif, en fait, le véritable but que ces sous-objectifs cachent.

Par exemple :

  • Écrire et publier 6 livres en 2021 et en vendre 60 par mois, par livre. Pour me faire un début de nom dans le milieu afin de pouvoir vivre de ma passion et de décider du déroulement de mes journées.
  • Acheter 10 immeubles de rapport en 5 ans, soit 30 appartements qui génèrent un bénéfice net une fois tout payé de 100 € chacun, soit 3 000 € net pour mon parc locatif. Pour gagner suffisamment d’argent pour pouvoir entretenir ma famille et moi sans avoir à travailler pour qui que ce soit, et habiter dans le pays que je souhaite.

Une finalité bien définie est indispensable pour prendre son envol. Et vous, quel est votre objectif ?

3) Persévérer

Un escargot qui pousse une boule en montée

La clé de tout succès réside dans la persévérance. Si vous ne croyez pas en elle, alors c’est que vous croyez en la chance, et vous devriez de ce fait vous rendre dans un casino plutôt que de commencer un nouveau projet.

Rien n’adviendra comme par enchantement, et il va falloir continuer encore et encore même quand tout vous dira que ça n’en vaut pas la peine et que vous n’y arriverez jamais, plus décourageant encore : que vous n’êtes pas fait pour ça.

Voyez toutes les personnes qui ont eu du succès dans leur domaine, tous ont persévéré et ont eu un millier de bonnes raisons d’abandonner pendant leur parcours.

On a trop l’habitude de se concentrer sur la réussite, c’est ce que l’on nous montre à la télévision et sur les réseaux. Tout est fait pour nous montrer le bon côté des choses. Mais il suffit de creuser un peu pour se rendre compte de ce qu’ont enduré les courageux qui ont continué malgré tout.

Je pense que c’est l’étape la plus importante dans le processus qu’est celui de prendre son envol. On peut très vite abandonner si on reçoit une critique, si on manque de résultats, d’encouragements ou même si on manque d’énergie, en clair, si c’en est trop, qu’il y a encore cet effort à fournir, en apparence pour rien, on craque et on laisse tomber.

Pourtant le plus difficile était déjà fait, c’était l’étape de décider ce que nous allions faire le plus dur.

Je pense que la chance existe, et qu’elle peut aider dans un parcours. Mais je ne compte pas sur elle. Par contre, je compte sur la persévérance. C’est simple, je sais que si je veux quelque chose, il me suffit de continuer jusqu’à y arriver.

L’effet cumulé

Plusieurs cailloux qui supportent une pierre

J’irais plus loin dans la notion de persévérance. Concrètement, c’est l’effet cumulé qui crée la persévérance. Le fait de poser régulièrement des actions tous les jours en rapport avec notre objectif.

La preuve avec une ambition de perte de poids ou de construction musculaire. Si vous réalisez une intense séance de sport, que vous donnez tout ce que vous avez, vous n’obtiendrez aucun résultat. Cette unique séance ne vous permettra pas d’atteindre votre objectif. D’ailleurs, ni celle-là, ni la deuxième, ni la troisième, ni même la cinquième. C’est à partir de la dixième, de la vingtième, que vous aurez des résultats, et après la centième, vous aurez atteint votre objectif.

C’est là toute la magie de l’effet cumulé et de la persévérance. Nous accomplissons quelque chose qui ne sert à rien en apparence (si ce n’est le bien-être ponctuel d’avoir réalisé une tâche et le sentiment de fierté), mais qui, répétée dans le temps, constitue notre succès.

Ne prenez plus jamais à la légère les petites actions, et pensez à vous dans 6 mois, combien vous serez reconnaissant pour ce que vous avez fait aujourd’hui.

A ce sujet, naturellement, je ne peux que vous conseiller de lire ou écouter le livre L’effet cumulé de Darren Hardy, une merveille.

Récapitulatif du trio gagnant pour prendre son envol

  1. Décider de ce que l’on veut vraiment faire et assumer complètement ce choix. Attention à prendre des choses qui répondent à ce que l’on veut vraiment, et pas ce qui plaira aux autres et qui rentre dans les cases.
  2. Se fixer des objectifs précis avec une date limite qui nous permettra d’atteindre le véritable objectif. Par exemple, une somme d’argent n’est pas l’objectif final, mais juste un objectif qui offre d’atteindre le véritable but.
  3. Persévérer même quand ça devient difficile et que les résultats ne suivent pas est le comportement qu’ont adopté tous ceux qui ont eu du succès dans leur vie. Persévérer revient à réaliser régulièrement des actions qui n’ont pas immédiatement des conséquences positives, mais répétées plusieurs fois, sans relâche, elles constituent notre réussite.

Et vous, quel est votre trio gagnant pour prendre votre envol ?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

Une réflexion sur « Le trio gagnant pour prendre son envol »

  1. Merci Pierre pour ces 3 conseils pertinents et ton partage d’expérience ! 100% d’accord que le fait d’avoir trouvé sa voie (en réponse à nos aspirations profondes et non aux regards extérieurs) enlève un poids et, finalement, nous donne la force de déplacer des montagnes !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :